« Le Théâtre des Remparts »

En hommage à El Haj Mahmoud Mana

mahmoud.JPG

Fondateur du théâtre les remparts en 1979

mahmoud.JPG

Les premiers pas de Mahmoud Mana au théâtre : souvenirs, souvenirs…

Il y a plus de trente ans, El Haj Mahmoud Mana créait la première compagnie théâtrale d’Essaouira du nom du « Théâtre des Remparts ». C’est un fervent amoureux du théâtre qu’il pratiquait depuis l’âge de 12 ans au tout début des années 1960.

milieu.JPG

On reconnait  Mahmoud Mana au milieu le la scène. Le temps des photos en noir et blanc. Nostalgie, quand tu nous tiens…

Sans titre.JPG

Le tout jeune Mahmoud Mana des années soixante, portant l’épée de bois de Samsan et de Masist

boussen.JPG

On reconnait à gauche le comédien Boussen en sa jeunesse : ce fonctionnaire municipal qui délivre les extraits d’actes de naissance et de décès est le fils du célèbre herboriste du même nom qui avait vendu sa belle  demeure de la kasbah au prix des clopinettes, et qui est devenue  le Tharos où les festivaliers organisent leurs dîners de gala.

Boussen est également un fervent adepte de la confrérie des hamadcha où il a toujours joué un rôle important en tant que percussionniste du Herraz lors de la Hadhra…

cri.JPG

Sur cette affiche on peut lire tout en haut « Masrah Al Asouar »  (le Théâtre des Remparts) ainsi que : Mahmoud Mana présente  « Cris du fond des gorges enrouées ». Prix d’entrée vint-cinq dirhams, spectacle théâtral exceptionnel, deux heures de plaisir et de rire…

rempart.JPG

Entre tradition et modernité. On recourait littéralement à cette notion d’enfermement dans des remparts, ces derniers , en carton-pâte, étaient omniprésents sur le plateau pour signifier le fort enracinement de ce théâtre dans la ville… Un enjeu culturel bien sûr, mais urbain également

défilé.JPG

La dimension ihtifaliste, festive, de ce théâtre participant à un défilé officiel lors de la fête du trône qui avait eu lieu chaque 3 mars (à l’époque du Roi défunt).

mùunicipal.JPG

Théâtre d’émanation municipale, très influencé à ses début  par le vaudeville égyptien et le feuilleton télévisuel…

calaza.JPG

Une scène où l’on reconnait à gauche le comédien Kalaza, compagnon de route de Mahmoud Mana depuis toujours

calaza2.JPG

Kalaza excellait surtout dans le rôle de « l’ivrogne », provoquant à chaque fois l’hilarité générale …

femme.JPG

Le « Théâtre des Remparts », symbole d’Essaouira par excellence puisque le nom de la ville signifie justement « petits remparts », a toujours été le lieu d’épanouissement des talents féminins en dépit des traditions étouffantes au sein des remparts

f2.JPG

Trio féminin sur scène : l’art naïf et poétique au service de la cause des femmes.

asmarai.JPG

Parti de l’expérience des Maisons des Jeunes dans les années 1960, ce théâtre de quartier tourne en dérision les scènes de la vie quotidienne : en arrière plan on peut lire en arabe  » Interdit de jeter les détritus sur la place publique  » …Bien avant l’heure ce théâtre se voulait être un moyen de mobilisation en faveur de l’environnement, il s’agissait en quelque sorte d’éveiller l’esprit civique chez le spectateur.

2003.JPG

Cette pièce remonte probablement à l’après-attentat  terroriste de mai 2003 qui a fait plus de quarante victimes à Casablanca. On peut lire sur l’une des affiches : non à la violence, non à l’incitation à la haine contre les enfants de mon pays…

juif.JPG

Le rabbin, le prêtre et l’imam : un  symbole, un message de coéxistence et de tolérance entre les trois religions monothéistes.

On reconnait là aussi l’influence du dramaturge Tayeb Saddiki avec lequel Mahmoud Mana a collaboré au temps de Maqamat Badiî zaman al Hamadaniu, et également lors du premier festival d’Essaouira de 1980-1982, intitulé « la Musique d’abord » que dirigeait alors Tayeb Saddiki. De même, au colloque de musicologie, où l’on pouvait rencontrer Georges Lapassade, Edmond Amran el Maleh, Ahmed Aydouin, Abdelkader Mana, Hussein Miloudi, Mohamed Bouadda, Abdelghani Maghnia, Boujamaâ Lakhdar, Hussein Toulali, et j’en oublie…

Un moment culturel-clé pour Essaouira et son histoire : c’est le moment de l’explosion des arts plastiques comme bombe à retardement de la peinture psychédélique qu’a connu la ville avec l’afflux du mouvement hippie vers la ville à la fin des années 1960 / début des années 1970.

Ce festival de la musique, qui n’a connu d’abord que deux éditions (celle de 1980 et celle de 1982), sera le précurseur et l’annonceur de tous les autres festivals qu’a connu la ville depuis.

calligraphie.JPG

Artiste peintre et calligraphe comme le dramaturge Tayeb Saddiki, le metteur en scène Mahmoud Mana, recourt lui aussi à ses calligraphies dans la mise en scène de ses pièces théâtrales. Comme on le voit ici : un Macbeth frôlant le néant doublé d’un Moïse portant les Tables de la Loi…

peintre.JPG

Mahmoud Mana peintre devant l’une de ses oeuvres dans les années 1970

peintre2.JPG

Une oeuvre artistique de Mahmoud Mana le peintre

cigarette.JPG

Mahmoud Mana, cigarette au bec (on sait maintenant ce qu’il lui en coûte en problèmes cardiaques qu’il doit endurer) en compagnie du dramaturge Tayeb Saddiki son ami, signant à la galerie Frederic Damgaard sa pièce « le Dîner de Gala » qui venait de paraître vers la fin des années 1980…

barbe.JPG

Encore une photo souvenir de Mahmoud Mana avec Tayeb Saddiki (barbe et cigare), son modèle en art dramatique. C’était en 1980, du temps du premier festival d’Essaouira: « La Musique d’abord »…

rasta.JPG

Mahmoud Mana avec un jeune Rasta au tout début du festival des Gnaoua et Musiques du Monde (1998). Il était devenu imprésario des Gnaoua, les accompagnant dans leurs tournées internationales de Toronto, Tokyo, Bruxelles …

GNAOUA.JPG

Mahmoud en imprésario des Gnaoua

GNAOUA1.JPG

En belle compagnie de maâlem Hayat (nom qui signifie : la vie)

fant.JPG

cosécra.JPG

Consécration : du bonheur d’être reconnu par son public..

Abdelkader Mana

Publicités