Abd-el-Krim le mystérieux

Abd_el-Krim.jpg

Mohamed – Si Mohand dans le Rif- Ben Abd-el-krim El Khattabi était né en 1882.

De ses années d’enfance et de jeunesse, on sait sans plus qu’il les passa dans la maison d’Ajdir, à l’ombre de son père. Le grand tournant pour lui fut, à n’en pas douter, le séjour  effectué à Fès. Après trois ans d’étude dans la mosquée Qaraxiyine, il était devenu en 1915, le na’ib du qadi qudat du Presidio espagnol de Melilla. Quand il quitta Melilla à la fin de la 1ère guerre mondiale, pour n’y jamais retourner, et rentra chez lui, à Ajdir, il était déjà un protonationaliste marocain.

Mohamed Ben Abd el-Krim venait chaque année fêter la fin du Ramadan et profiter de son congé pour épauler son père. Un officier turc, émissaire clandestin, vint voir Abd el-Krim à Ajdir, en novembre 1914. Le visiteur voulait savoir si l’on pouvait, au Maroc même, espérer un appui pour une action contre la France, à partir des régions que l’Espagne, dans sa zone, n’occupait pas encore. Il lui fut répondu qu’avec l’aide matérielle fournie par la Turquie de Mustafa  Ata Turk , il serait très facile de soulever le Rif.

Sous le titre « Abd el Krim, le mystérieux », le correspondant du Bulletin de l’Afrique française à Madrid, écrit le 5 septembre 1921 : « Le personnage devient de plus en plus énigmatique et on a bien du mal à comprendre comment le commandement de Melilla ne se préoccupe pas plus de le surveiller ou de s’en faire un auxiliaire. Des faits très caractéristiques permettent de se rendre compte qu’on ne se trouve pas en face d’un fanatique vulgaire, préoccupé surtout de rapines faciles, aidé de son frère (qui étudia durant trois ans, à Madrid, pour préparer son entrée à l’Ecole des Ingénieurs de Mines), il donne l’impression de s’efforcer de donner aux hordes rifaines une organisation inusité dans ces régions. Il tient à donner à ses adversaires l’impression qu’il est  au courant des usages de la guerre entre pays civilisés : les prisonniers sont bien traités et ont toute la liberté pour donner des nouvelles à leurs familles. Lorsqu’il rend le cadavre du colonel Morales, avant de faire déposer son cercueil sur la petite plage de Sidi Idris, il le fait envelopper d’un drapeau espagnol et ordonne de saluer la dépouille mortelle du malheureux chef de la police indigène par des salves et les marins de la canonnière espagnole le voient s’incliner dans un dernier salut à celui qui fut son ami avant de devenir son adversaire. C’est à Abd-el-Krim et grâce à l’escorte qu’il envoya à Mont Arruit, que le général Navarro doit d’être encore vivant.»

C’est le 27 février 1920 que le Cadi Abd el – Krim avait « franchi le Rubicon » comme l’annonce en quelques mots un télégramme de Nokour[1] : « Si Mohand el Khattabi et son oncle Abdessalam avaient quitté Ajdir et faisaient route vers la « Harka », mot qui désignait les formations de Marocains en armes. Autrement dit Si Mohand et son oncle étaient montés au front[2]. Désormais le Cadi Abd el-krim commandait au front. « Plutôt la mort, répétait Abd el-krim, que de se rendre aux espanols ».

Ces derniers envisageaient de relier Melilla à la baie d’Al Huceima par voie de terre[3]. Pour leur barrer la route, fin janvier 1921, quelques centaines de combattants Beni Ouariyaghel vinrent s’établir sur la hauteur du Jebel El Qama. Ils faisaient face aux nouvelles positions  espagnoles, dont Anoual, la principale et la plus proche. C’est au Jbel El Qama , de février à mai 1921, que s’affermit le pouvoir de Mohamed Ben Abd el krim sur les tribus du Rif. Il imposa, tant chez les siens les Beni Ouariyaghel, que chez les Temsamane, une justice sociale qu’il exerça lui-même selon le « Chraa », loi de l’Islam.

Dans le numéro du Liberal du 23 septembre 1921, on peut lire :

« On ne s’expliquera pas en Europe comment une armée de 24 000 hommes avec son artillerie, ses aéroplanes et ses mitrailleuses ait pu être maltraitée par une horde de montagnards. Ceux qui comparent avec une légèreté inconcevable, pour nous consoler, l’évènement de Melilla à d’autres qui se déroulèrent dans la zone française, nous couvrent de ridicule. Précisément, en ce moment, a eu lieu un fait qui contraste rudement avec ce que les Espagnols déplorent  : l’inauguration du chemin de fer de Taza à Fès qui traverse une vaste région peuplée par les tribus les plus guerrières de tout le Maroc. »

Ajdir est aujourd’hui la résidence d’Abd-el-Krim, l’organisateur du soulèvement de juillet dernier. Que se passe-t’il exactement entre Abd-el-krim et le général Silvestre ?

Le général, beau sabreur, n’avait que du mépris pour ses adversaires et on peut supposer que des prétentions à une autonomie plus ou moins étendue du Rif central, ne devait pas trouver auprès de lui un accueil très favorable. Abd-el-krim l’apprit à ses dépends, on a même raconté que le général le malmena rudement. Le cadet fut rappelé précipitamment à Madrid et revint à la maison paternelle d’Ajdir.

C’est peut-être à ce moment là que germa, dans l’esprit d’Abd-el-krim, l’idée de s’opposer à la marche en avant du Général Silvestre d’abord, pour se venger des mauvais traitements qu’il avait reçu et aussi pour essayer de conquérir par la force ce qu’on lui avait refusé : l’indépendances des Bén Ouaryaghel et la libre disposition des richesses du sous sol, dont les Allemands lui avaient appris à apprécier la valeur.

Si les Espagnols veulent rechercher quelles sont les origines du soulèvement qui débuta par la défaite de  Dhar Ouberran et eu son couronnement un mois plus tard, à Anoual, à Nador, à Selouane, à Mont Arruit, ils devront se donner la peine de remonter à une dizaine d’années, alors qu’ils marquaient le pas sur les rives du Kert et que les frères Manesmann, plus heureux prospectaient la région d’Al Huceima sous la protection du père d’Abd-el-krim.

___________________________________________________________________

Mémoires d’Abde el-krim[1], recueillies par Roger – Mathieu, sur le « Abda » qui le menait en exil :

« Mon père mourut à Ajdir. Son corps repose actuellement dans le sanctuaire de Sidi Mohamed Ben Ali…Les espagnols venaient d’occuper Dhar Ouberran, en pays Tamsamane, point stratégique et politique de toute première importance. Je me proposais sur le champ, de leur disputer cette position. La partie était risquée. Je disposais à cette heure, de 300 guerriers. Je revins me mettre à leur tête. Et malgré ma pauvreté en munitions, je déclenchais la contre attaque. Après un combat des plus durs, ma troupe réoccupa Dhar Ouberran.

Dans cette première grande bataille, les Espagnols avaient perdu 400 hommes dont 2 capitaines et 4 lieutenants. Quant au butin, il fut précieux pour nous : une batterie de 65 de montagne, des fusils Mauser tout neufs, environ 60 000 cartouches, des obus, des médicaments et des vivres de campagne ! Et vraiment tout cela n’était rien encore en comparaison de l’effet moral de cette victoire. Notre succès était si imprévu, si peu vraisemblable, que les Espagnols ne s’étaient même pas fortifiés à Dhar Ouberran. Et notre action avait été si rapidement menée que les troupes Rifaines ne comptaient pas plus de huit ou neuf morts, alors qu’ils en déploraient eux quatre cents. Encouragées par la victoire, nos troupes, maintenant voulaient attaquer. Et si bien, que de leur propre initiative, elles dessinaient déjà une offensive en direction d’Anoual et de Sidi Driss.

L’effet avait été considérable. Tandis que la population située dans la zone en retrait des troupes espagnoles, ayant vu la débandade de celle – ci s’apprêtait à la rébellion, toutes les autres fractions du pays Tamsaman se joignaient spontanément à nous. A cette heure commençait à se constituer le bloc rifain. Ne voulant pas succomber à l’erreur qui avait été funeste à nos ennemis, nous fortifions les positions conquises dont la ligne passe par Sidi Driss et devant Anoual et Tizi Azza.

Les Espagnols avaient massé à Igherriben, au Sud d’Anoual, une colonne extrêmement forte qui constituait en quelque sorte les avant postes de l’armée Sylvestre, dont le quartier général était à Anoual. J’étais informé que le ravitaillement des troupes espagnoles était défectueux, que peut – être même il ne s’opérait déjà plus, et que celles -ci n’avaient que pour quatre jours de vivres. Je savais aussi à quelle inquiétude elle était en proie, s’attendant d’une minute à l’autre, à voir  se soulever contre elle la population du pays qu’elle occupait. Pour accroître leur angoisse et rendre leu situation plus critique, je décide de couper leur communication avec Tizi Azza, leur base de ravitaillement. Et brusquement j’occupe la côte entre Anoual et Igherriben.

Effrayé des conséquences de cette manœuvre, le général Sylvestre ordonne immédiatement d’engager une opération désespérée, à gros effectifs. Il met en ligne environ 10 000 hommes, avec cavalerie et artillerie. Je ne dispose, moi, que de 1000 guerriers, mais, en seconde ligne, j’ai maintenant des réserves et l’appoint de tout le pays.

La bataille d’Anoual  va durer du 21 au 26 juillet 1921, menée par le seul courage et le bon sens. La bataille est acharnée. Chaque jour le général Sylvestre attaque, et de jour en jour avec plus de violence. Mais nos guerriers se sont fortifiés. Et ils ont un avantage capital : ils n’offrent pas de prises à l’ennemi, tandis que les Espagnols qui manoeuvrent en formations massives, éprouvent de lourdes pertes. Et tous les jours nous réalisons un riche butin.

Le 25 juillet 1921, manquant de tout, nos ennemis doivent évacuer Igherriben qu’ils avaient réussi à réoccuper un instant. La reprise de cette position nous procure des stocks imports d’armes et de munitions. Nous faisons là nos premiers prisonniers dans cette affaire, dix ou quinze, et nous ramenons des canons.

Chacun des combats livrés au cours de ces journées est cruel pour les Espagnols. Car afin de sauver le plus possible de matériel, ils contre – attaquent en se repliant et, chaque fois leurs pertes sont sévères.

Dans la matinée du 26, leur défaite apparaît inévitable. Le général Sylvestre donne l’ordre d’évacuer, non seulement Anoual, mais tous les postes de la région. Au fur et à mesure de notre avance, je me suis rendu compte qu’il avait dû y être condamné, sans doute moins par notre pression que par le soulèvement des tribus qui le prenaient à revers.

En effet, durant cette évacuation, il n’y eut pour ainsi dire point de baroud. L’armée Espagnole battait en retraite, littéralement affolée, dans un désarroi si complet que nos guerriers eux – mêmes avaient de la peine, en progressant si rapidement, à croire à la réalité de leur victoire, à la catastrophe où sombrait l’ennemi. Plus de cents postes tombent ainsi entre les mains de nos soldats !

Partout la campagne est jonchée de cadavres et de blessés qui se lamentent et qui rient grâce.

Les Espagnols se replient en désordre dans la direction de Melilla. L’enthousiasme de mes guerriers est à son comble, mais leur désir de vengeance est tel qu’il me faut les menacer de mort pour les empêcher de massacrer les blessés.

Le désastre d’ Anoual nous rapportait 200 canons, 20 000 fusils, d’incalculables stocks d’obus et des millions de cartouches, des automobiles, des camions ; des approvisionnements en vivre à ne savoir qu’en faire ; des médicaments, du matériel de campement ; en somme l’Espagne nous fournissait, du jour au lendemain, tout ce qui nous manquait pour équiper une armée et organiser une guerre de grande envergure !

Nous avions fait 700 prisonniers. Les Espagnols avaient à déplorer 15 000 tués et blessés. Parmi les tués se trouvait un Espagnol que j’avais beaucoup aimé, le seul d’ailleurs qui m’eût compris : le colonel Moralès. Respectueusement, je fis transporter son corps à Melilla. On n’a pas manqué de dire par la suite, que c’était de ma part une habilité pour me rapprocher des Espagnols. Il ne s’agit là que du suprême hommage à un ennemi intelligent et loyal. Tout autre commentaire serait indigne de lui et de moi.

Quant aux conditions de la mort du général Sylvestre, qui succomba au cours de la bataille avec son état – major, je ne les connais point. C’est un petit Rifain qui vint nous informé qu’il avait découvert le corps d’un général tombé au milieu de ses officiers, et il me remit son ceinturon et ses étoiles. Quand je parcouru le terrain, à la fin du combat, il me fut impossible sur ses indications, de retrouver le corps et d’identifier les restes du général.

Nous dirigeâmes les prisonniers, partie sur Anoual, partie sur Ajdir. Et durant les premiers temps de leur captivité, c’est grâce à l’énorme ravitaillement pris à l’ennemi que nous avons pu les nourrir et leur éviter des privations.

A l’issue de la bataille de Mont -Aruit , j’étais parvenu sous les murs de Melilla[2]. Je m’y arrêtai. La prudence s’imposait. Avec la dernière énergie, je recommandais à mes troupes et aux contingents nouveaux venus de ne point massacrer ni maltraité les prisonniers. Mais je leur recommandais, aussi énergiquement, de ne pas occuper Melilla, pour ne pas créer des complications internationales. De cela je me repends amèrement. Ce fut ma grosse erreur. Oui, nous avons commis la plus lourde faute en n’occupant pas Melilla ! Nous pouvions le faire sans difficulté. J’ai manqué ce jour là, de clairvoyance politique nécessaire. Et à plus ou moins longue échéance, tout ce qui a suivi a été la conséquence de cette erreur.»

Abdelkader Mana


_____________________
Notes de bas de pages

[2] Quasiment prisonnière dans sa ceinture de fortifications, Melilla, jadis, ne respirait que par la mer, d’où tout le nécessaire de la vie quotidienne devait lui parvenir. Mais en dix ans, grâce aux progrès de la conquête, elle était devenue capitale d’une région représentant, de l’oued Kert à la basse Moulouya, et du Guerrouaou à la pointe des trois fourches, plusieurs milliers de kilomètres carrés. Manquant de tout naguère, y compris l’eau courante, elle trouvait maintenant, dans cet arrière pays, les conditions lui permettant de se peupler et de s’étendre en vue de recevoir une forte armée d’occupation. Durant sept ans, entre 1912 et 1919, sous Jordana et sous le général Aizpuru, commandant de Melilla à la veille de la guerre du Rif, deux progressions eurent lieu vers le Sud : sur les étendues plates des Beni Bou Yahi et de leurs voisins Metalsa. Le territoire conquis est maintenant parsemé de positions, de garnisons, de points de colonisation que reliaient, des routes, des pistes et même une voie ferrée, offrait pour la manœuvre toutes les ressources dont peut user la stratégie. Beranguer avait dès 1919, dressé un plan pour une occupation de la région de Tafersit ou la localité de Dar Drius servirait de pivot pour la manœuvre au Nord, tandis qu’à  Ben Taieb, Tafersit et Azib Midar, des positions colmateraient sur son flanc gauche toutes les issues de la montagne qui menaçaient la progression. Ce fut le plan qu’en arrivant, eut à exécuter le général Silvestre. Le premier band prévu devait conduire à Sidi Driss, sur l’embouchure de l’Amekrane, à une dizaine de kilomètres vers le Nord d’Anoual. Situé sur la côte, la position à établir là bas formerait une base rapprochée, où lui viendrait ensuite, par la voie maritime, le gros de son ravitaillement.


[1] Bien au-delà de l’oued Kert, dans la tribu des Metalsa, où s’est replié le Chérif Mohamed Amezian, en novembre 1909, l’Espagne disposait de deux bases insulaires qui lui servaient d’observatoires : le rocher de Badis et celui de Nokour. De celui-ci surtout, au territoire des Beqqioua et des Beni Ouaryaghel tout proche, avait fini par s’établir ouvertement un va et vient de marchandises et de personnes qui, en plus des nouvelles qu’il permettait de recueillir, faisait,en soi, par ses fluctuation, office de baromètre de l’attitude Rifaine vis-à-vis de l’Espagne. La fraction Aït Khattab des Beni Ouariaghel se situe précisément, autour de la bourgade d’Ajdir, exactement en face de l’îlot de Nokour.

[2] Un fait nouveau, que ni les chefs militaires en poste au Maroc, ni les autorités péninsulaires n’ont estimé à sa juste valeur, change les données de l’affrontement : la capacité de résistance des Rifains s’est décuplée avec l’entrée en jeu, après la mort de son père d’un nouveau chef de grande envergure, Abd el krim. Et bientôt se produit le desastre.

[3] Pendant que le général Beranguer progressait sur la côte Ouest, le général Fernandez Silvestre avait pour mission d’avancer depuis Melilla vers Al Huceima.

Publicités