La victoire éclatante d’Abd-el-krim à la bataille d’Anoual, fut partout interprétée comme une revanche non seulement du Rif sur l’Espagne, mais de tout le monde musulman opprimé sous le joug colonial. Jusqu’en Perse on applaudit à la ténacité de ses montagnards contre les troupes européennes.

La bataille d’Anoual a suscité l’intérêt des historiens du monde entier. C’est la bataille où une des plus puissantes armées de l’époque fut écrasée. Il faut savoir qu’au début du vingtième siècle le colonialisme espagnol était une puissance au niveau mondial. Malgré cela, les combattants d’Abd El Krim et de la région toute entière, ont réussi lors de cette bataille a apporter la preuve qu’on peut vaincre le colonialisme, en luttant pour l’indépendance de son pays. Ce fut naturellement le cas aussi dans les autres villes et régions marocaines.

Pour les milieux coloniaux, le désastre d’Anoual reste inexplicable. Le Libéral, du 23 septembre 1921 écrit :

« On ne s’explique pas en Europe comment une armée de 24 000 hommes, avec son artillerie, ses aéroplanes, et ses mitrailleuses ait pu être maltraitée par une horde de montagnards. Le désastre d’Anoual a eu de telles conséquences, qu’on peut sans exagération aucune, le considérer comme un des évènements les plus importants de l’histoire de l’Espagne de ces cinquante dernières années. »

Pour le général Luque, il n’y a pas d’exemple dans toute l’histoire Espagnole, d’un désastre comme celui d’Anoual.

Après ce désastre, Primo de Rivera parvint à la conclusion qu’Abd el krim est un danger pour la présence coloniale européenne dans tout le Maghreb.

Le Rif se caractérise par des vallées compartimentées et surpeuplées, où les cultures ne suffisent pas aux besoins et contraignaient une grande partie des montagnards à l’émigration. On n’a pas ici de villages au sens habituel du mot, mais seulement des maisons dispersée « comme des étoiles dans le ciel ». Cette forme de la vie humaine matérialise sur le terrain, l’esprit d’indépendance et la fierté des Rifains.

Dans le dialecte marocain, Rif signifie rive, côte ou bordure ; on dit par exemple, « le rif d’un campement pour indiquer les tentes qui forment la bordure extérieure de ce campement, celles qui sont le plus près de l’ennemi et protègent le camp. Si l’on ajoute à cela que le mot Rif n’a été employé, pour désigner une partie de la côte de la Méditerranée, qu’ à partir du règne des Mérinides, on peut se demander si ce mot, n’était pas compris comme l’équivalent de ligne de défense, de boulevard de l’islam contre la chrétienté.

Pour Léon l’Africain, le Rif « est une région du Royaume de Fès, qui s’étend en longueur des colonnes d’Hercule au Fleuve Nekour et en profondeur de la Méditerranée aux montagnes voisines de l’Ouergha. ».

Depuis les Mérinides le terme « Rif » désigne, toute la côte Nord du Maroc faisant face à l’Andalousie reconquise par les chrétiens. Il semble que c’est à partir des Mérinides que la confédération rifaine s’est formée et que, devant les attaques des chrétiens par mer, a été constitué un Rif ; c’est-à-dire une ligne extérieure de défense pour couvrir Fès.

Comme ailleurs au Maroc, les paysans sédentaires rifains ont conservé l’usage de l’antique calendrier julien, le long duquel s’égrènent les actes et les rites de la vie agricole : l’époque magiquement propice aux labours, les périodes néfastes où il faut se garder de travailler le sol, le moment des bénéfiques pluies de Nisân , l’instant heureux des moissons , et enfin le jour de la « mort de la terre », après lequel tout est brûlé ; mort jusqu’à la résurrection aux premières gouttes de la pluie automnale.

Le cheikh Moussa est actuellement le plus célèbre à Nador. Il est accompagné de l’Azemmar, une sorte de biniou, munit de deux cornes d’antilopes. On appelle le chant rifain « izri « (pluriel ; « izran »). En voici un qui fut composé, en 1911, à l’occasion de la mort du Chérif Mohamed Ameziane, le chef de la résistance rifaine contre l’Espagne, au début du 20ème siècle :

Sidi Mohamed Ameziane est mort !

Nous ne pouvons honorer son tombeau

L’ennemi ayant emporté sa dépouille

Dans les villes pour la photographier !

Par Dieu ! Ô Mouh fils de Messaoud !

Rends nous son corps afin que nous le vénérions !

Sidi Mohamed Ameziane qui avait levé l’étendard de la guerre sainte contre les espagnols, tomba dans une embuscade avec trente de ses compagnons. Son corps n’ayant pas été retrouvé, le bruit couru dans le Rif que les chrétiens avaient emporter sa dépouille pour l’exposer dans leur pays et la photographier.

Quasiment prisonnière dans sa ceinture de fortifications, Melilla, jadis, ne respirait que par la mer, d’où tout le nécessaire de la vie quotidienne devait lui parvenir. Mais en dix ans, grâce aux progrès de la conquête, elle était devenue capitale d’une région représentant, de l’oued Kert à la basse Moulouya, plusieurs milliers de kilomètres carrés, lui permettant de recevoir une forte armée d’occupation.

Abd el Krim dirigeait alors à Melilla, la section arabe du journal El Telegrama del Rif, et reçoit la croix du mérite militaire.

Durant toute la première guerre, il se montra grand ami d’Abd el-Malek, le fils de l’émir Abd el-Kader qui menait le combat contre le colonialisme français dans la trouée de Taza. C’est à cette époque qu’il rentre en rupture de ban, fait ses premiers séjours en prison à Melilla, se fixe pour finir dans un village écarté, muni d’une solide haine envers le système colonial. Après s’être évadé de la prison où le général Silvestre l’avait jeté, il gagne la montagne et soulève sa tribu guerrière des Beni Wariyaghel, qui sera bientôt suivie par les autres tribus du Rif.

La bataille d’Anoual, eut lieu en 1921. La stratégie utilisée par Abd El Krim durant cette bataille est un secret bien gardé. Encore aujourd’hui, l’armée espagnole mène des recherches sur les causes du désastre qu’elle avait subi à cette bataille . Ce désastre suscita une grande colère contre l’armée espagnole, de la part du gouvernement de Madrid, et du roi Alphanso. La stratégie qui avait conduit à la victoire d’Abd el Krim est considérée à juste titre comme un fait historique marquant du 20ème siècle.

Dans une interview paru dans le « Telegrama » du 7 avril 1921, le général Silvestre déclare :

« Nous allons ce printemps franchir la ligne qui sépare les bassins de l’oued Nokour et l’oued Amekrane. Certaines fractions Beni Wariyaghel voudront probablement nous barrer le passage, et il faudra alors livrer bataille. Mais dés que nous aurons atteint l’autre versant, nous gagnerons très vite la baie d’Al Huceima qu’on peut considérer comme un fruit mûr. »

Les espagnoles avaient pénétré à partir du rocher de Nokour. A travers les Béni Wariyaghel. Ils ont aussi pénétré à partir de Melilla. C’est ce qu’on nous racontait. Lors de leur avancée, ils furent combattus par les Metalsa, les Temsaman, et les Béni Waryaghel. Tous combattaient les espagnols, d’après ce qu’on nous racontait. Ils les combattaient à chaque étape de leur avancée. Les envahisseurs s’approchaient de Aïn Zorah, et c’est là que leur avancée était brisée. Ce fut le cas aussi à Aruit. D’après ce qu’on nous raconte, Aruit fut un désastre pour les espagnoles. Un dicton dit : « Oued Aruit ruisselle de sang. »

Durant sept ans, entre 1912 et 1919, deux progressions eurent lieu vers le sud : sur les étendues plates des Bni Bou Yahi et de leurs voisins Metalsa. Le territoire conquis est maintenant parsemé de positions, de garnisons, de points de colonisation que reliaient, des routes, des pistes et même une voie ferrée, offrait pour la manœuvre toutes les ressources dont peut user la stratégie. Beranger avait, dés 1919, dressé un plan pour une occupation de la région. On le voit ici, en compagnie de ses collaborateurs dont le future Maréchal Franco.

Un vieux rifain originaire de la tribu des Metalsa, partie prenante de la bataille d’Anoual se souvient:

– Les Metalsa est une grande tente du Maroc. Ils sont connus pour leur courage, leur Jihad, leur dignité. Ils sont agriculteurs et éleveurs. Abd el Krim était un homme de foi. Les espagnoles étaient venus occuper « Dhar Ouberran » avec une grande armée. Abd el Krim s’adressa alors à la communauté : « levez vous, le temps de la guerre sainte est arrivé ! ». Tout le monde l’avait suivi, personne n’était resté sourd à son appel.

A la veille de la bataille d’Anoual, on assiste au défilé d’une colonne Beranger, à Dar Driouch. A partir de cette position, les espagnols avaient le contrôle de l’oued Kert , où s’était replié le chérif Mohamed Ameziane, en 1919. Les Espagnols envisageaient de relier Melilla à la baie d’Al Huceima par voie de terre.. Pour leur barrer la route, fin janvier 1921, des combattants Beni Ouariyaghel vinrent s’établir sur la hauteur du Jebel El Qama. Un poème rifain de l’époque relate ces manœuvres espagnoles :

Le roumi fait souga, il a pris Tizi Azza.

Il veut faire le thé, avec de l’eau d’Oulma,

Moujahidines au combat ! À quoi bon la vie.

Le plan Beranger que devait exécuter en arrivant le général Silvestre, consiste en un premier bond qui devait conduire à Sidi Driss, sur l’embouchure de l’Amekrane, à une dizaine de kilomètres vers le nord d’Anoual. La position formerait une base rapprochée, où lui viendrait ensuite, par voie maritime, le gros de son ravitaillement.

C’est ici, à Sidi Driss que certains notables avaient accueilli, les généraux Silvestre et Navarro, ainsi que le colonel Moralès.

Les premiers débarquements de l’artillerie eurent lieu à la plage d’Afraou à l’Est de Sidi Driss. A partir de cette position, les espagnoles prirent d’assaut, le piton de « Dhar Oubarran », qui surplombe à la fois les rivages et l’intérieur du pays.

Sur le « Abda », le navire qui le menait vers l’exile, Abd el krim, raconte en ces termes, l’épisode de « Dhar Ouberran », la première grande victoire des rifains :

« Les espagnols venaient d’occuper Dhar Ouberran, en pays Tamsamane, point stratégique et politique de toute première importance. Je me proposais sur le champ, de leur disputer cette position. La partie était risquée. Je disposais à cette heure, de 300 guerriers. Je revins me mettre à leur tête. Et malgré ma pauvreté en munitions, je déclenchais la contre attaque. Après un combat des plus durs, ma troupe réoccupa Dhar Ouberran. »

C’est le général Silvestre qui dirigeait les opérations, côté espagnol.

« Dans cette première grande bataille, relate Abd el krim, les Espagnols avaient perdu 400 hommes dont 2 capitaines et 4 lieutenants. Quant au butin, il fut précieux pour nous : une batterie de 65 de montagne, des fusils Mauser tout neufs, environ 60 000 cartouches, des obus, des médicaments et des vivres de campagne ! Et vraiment tout cela n’était rien encore en comparaison de l’effet moral de cette victoire. Notre succès était si imprévu, si peu vraisemblable, que les Espagnols ne s’étaient même pas fortifiés à Dhar Ouberran. Encouragées par la victoire, nos troupes, maintenant voulaient attaquer. Et si bien, que de leur propre initiative, elles dessinaient déjà une offensive en direction d’Anoual et de Sidi Driss. »

En ce qui concerne « Dhar Ouberran », qui se situe dans la commune de Bou Dinar ;le nom de cette montagne signifie « la huppe du perdreau », parce que seul son sommet est couvert d’arbres faisant penser à la tête huppée de cet oiseau..

Pourquoi le nom de cette montagne est souvent cité par l’histoire ? C’est parce qu’il était la première position occupée par le colonialisme espagnol dans le Rif. Cette montagne surplombe la Méditerranée d’un côté et le Rif de l’autre, du fait qu’elle est assez haute. A l’époque les espagnoles avaient cru qu’en occupant cette position, ils allaient dominer la région entière.

« Ayant vu la débandade espagnole, poursuit Abd El Krim, les autres fractions Tamsamane, se joignirent à nous : le bloc rifain se constituait. »

Quiconque occupe cette position, domine toute la région : c’est un balcon sur la Méditerranée d’un côté, et sur toute la province de Nador de l’autre. Une position stratégique très importante. C’est là que les rifains avaient récupérer les armes sur l’ennemi : les armes pris aux espagnols à « Dhar Ouberran » ont permis par la suite de mener la bataille d’Anoual.

Au sommet du Jbal Qama,les rifains firent le grand serment de demeurer unis et de se battre jusqu’au bout. Les auteurs du serment d’El Qama, « frappaient » ainsi la première effigie du chef de guerre, qui deviendrait Abd el krim de l’histoire.

Deux rivières délimitent le Rif proprement dit : oued Kert, du côté de Driuch et de Bni Saïd , qui se déverse en Méditerranée, juste à côté d’El Huceima. L’autre oued est celui de Nokour. Juste à côté de ce dernier coule une petite rivière du nom de oued « Bou Kidane », qui signifie « rivière de bois ». Selon un habitant du cru « Cette rivière a connue l’un des stratagèmes d’Abd el krim : des soldats espagnols qui tentaient de la traverser s’y noyèrent avec leurs chevaux et mulets. On lâcha un barrage d’eau et de troncs d’arbres qui les renversèrent et les noyèrent avec leurs montures : depuis lors on appela ce oued « la rivière de bois ».

Le lendemain de leur premier combat, les vainqueurs d’Ouberrane, s’étaient portés sur Sidi Driss, position avancée de Silvestre. Inaugurant une tactique qui deviendra la règle : tirailler le jour durant, puis monter à l’assaut la nuit. Mais soudain, vers trois heures du matin, ils cessèrent le combat. C’est qu’ils étaient pressés de s’en aller passer en famille, la nuit du destin, sacrée entre toutes.

La suite des évènements est racontée en ces termes par Mohamed Ben Abd el krim :

« Les Espagnols avaient massé à Igherriben, au Sud d’Anoual, une colonne extrêmement forte qui constituait en quelque sorte les avants postes de l’armée Sylvestre, dont le quartier général était à Anoual. J’étais informé que le ravitaillement des troupes espagnoles était défectueux, que peut – être même il ne s’opérait déjà plus, et que celles -ci n’avaient que pour quatre jours de vivres. Je savais aussi à quelle inquiétude elle était en proie, s’attendant d’une minute à l’autre, à voir se soulever contre elle la population du pays qu’elle occupait. Pour accroître leur angoisse et rendre leu situation plus critique, je décide de couper leur communication avec Tizi Azza, leur base de ravitaillement. Et brusquement j’occupe la côte entre Anoual et Igherriben. »

« Effrayé des conséquences de cette manœuvre, le général Sylvestre ordonne immédiatement d’engager une opération désespérée, à gros effectifs. Il met en ligne environ 10 000 hommes, avec cavalerie et artillerie. Je ne dispose, moi, que de 1000 guerriers, mais, en seconde ligne, j’ai maintenant des réserves et l’appoint de tout le pays. »

Le 22 juillet 1921, le général Sylvestre décide de se replier de la base d’Anoual, vers la base arrière de Ben Taieb. A la sortie du camp d’Anoual, les « Régularès », formés de mercenaires rifains, ouvrent le feu en tirant dans le tas. Un tirailleur espagnol raconte :

« A l’entrée du défilée, l’afflux des unités auxquelles étaient mêlés des cavaliers perdus, des attelages et des camions autos, ainsi que des mulets chargés de leurs blessés, créa dans cet étranglement, untel embouteillage, qu’il n’était plus possible d’organiser la marche.

Epuisés et privés de ressort, nombre de bêtes tombaient dans les ravins. Des véhicules tombaient en panne. D’autres étaient brisés sur les tranchés creusés par l’ennemi à travers la route.

Dans une mer de poussière, les rifains venaient tirer hors du chemin des mulets et des hommes, raflaient des armes, dont bien des nôtres exténués, se défaisaient d’eux- mêmes. Jusqu’aux femmes Mauresques, qui prenaient part à ce pillage et à ce rapt. »

La retraite dégénère en débandade. La panique s’empare des troupes démoralisées. Fernandez Silvestre, meurt – il est probable qu’il s’est suicidé – et plus de 14 000 hommes sont massacrés. Les renforts envoyés arrivent trop tard pour secourir les militaires espagnols encerclés.

Franco fait partie des troupes appelées en renfort, pour défendre Melilla.De là, il assistera impuissant à la chute de Mont Aruit, le 9 août 1921. Le général Navarro assiégé à mont Aruit finit par se rendre. Les rifains pénètrent dans la place et font 3000 morts.

Notre vieux temoins -cle Metalsa raconte : « Au Maroc, les Metalsa étaient des meilleurs. C’était des éleveurs et des cavaliers. C’était des gens hospitaliers. Ce sont des combattants fidèles. Tous les Metalsa étaient ainsi. Ils font de l’agriculture et de l’élevage.Quand les Espagnole sont arrivées à Aruit, ils y sont entrés grâce aux Guelaya et un frère des Aït Bou Yahi. C’est d’ici, de Aïn Zorah que les Metalsa étaient partis . Les avaient rejoint à Aruit, les Aït Bou Yahi, en particulier leurs combattants d’Afsou. Ils avaient décidé d’interdire l’établissement des espagnols à Aruit, disant au Guelaya : établissez les espagnols chez vous, pas chez nous ! Celui qui s’était rallié aux espagnoles leur dit : laissez moi d’abord terminer mon déjeuner. Mais les Moujahidînes de Aïn Zorah lui coupèrent la tête( pour punir sa trahison ). Ils l’ont amputé d’une main qu’ils accrochèrent au bout d’un piquet aux tentes des combattants d’Afsou. Ils l’avaient piégé, ne lui laissant aucune chance (d’en réchapper). Les espagnols s’enfuyaient en se réfugiant au dessus des meules de paille, qu’on incendia. La rivière de Selouan ruisselait de sang.Lors de la bataille d’Aruit, y pénétrèrent les Guelaya et un frère des Aït Bou Yahi. Les combattants l’ont décapité. Les combattants Metalsa et Aît Bou Yahi, lui dire : ne reste pas ici, retourne d’où tu est venu(avec les espagnols). Il leur avait dit : laissez moi déjeuner avant de repartir.Ils lui dirent : d’accord, on te fera pas de mal. Dés qu’il avait déposé ses armes pour déjeuner, ils se jetèrent sur lui. Alors, la rivière de Selouan se mit à ruisseler de sang. »

Dés le début du siège, le 1er août 1921, Abd el krim a recommandé de capturer les armes, mais de laisser les hommes en vie. La réponse des Métalsa et des Bni Bou Yahi fut un « non » catégorique.

 » Le colonialisme espagnol est arrivé chez nous le long du chemin qui relie Anoual à Driuch, et ils s’étaient établis dans l’actuelle commune de Bou Bker, où existe encore les vestiges de leur caserne, raconte le vieux temoinsMetalsa . Là se trouvait effectivement un bataillon composé de 1200 soldats. Ordre leur a été donné de rejoindre la zone occupée par la France. Ils devaient quitter Bou Bker en longeant les montagnes, à l’ombre desquelles ils devaient se dissimuler pour fuir. Mais nos aïeuls et ancêtre étaient prêts à les affronter. Mon grand père est mort, ainsi que mes oncles, lors de cette confrontation. Nous eumes beaucoup de blessés dans notre famille.Lorsque le bataillon espagnol s’est approché de la frontière qui séparait la zone espagnole de la zone française, la fraction des combattants de Tizrout Ouzak, s’est mise au travers de leur chemin. Aidées des nôtres, ils ont repoussé les espagnols dans un retranchement dénommé « Aqrab » (musette). Une grande étendue vide. De tout le bataillon espagnol, avec ses armements, rares sont ceux qui ont pu s’échapper : 50 à 60 soldats espagnols. Quant aux autres, tous les autres ont été massacrés. Du bataillon espagnol, environ 900 ont péris, et n’ont pu s’enfuir en zone française qu’une soixantaine. Depuis lors cette parcelle a été délaissée durant une quinzaine d’année : on n’y laboure pas, on n’y pâture pas. On n’est jamais plus repasser par là. »

Sous le titre « Abd el Krim, le mystérieux », le correspondant du Bulletin de l’Afrique Française à Madrid, écrit le 5 septembre 1921 :

« Le personnage devient de plus en plus énigmatique et on a bien du mal à comprendre comment le commandement de Melilla ne se préoccupe pas plus de le surveiller ou de s’en faire un auxiliaire.Des faits très caractéristiques permettent de se rendre compte qu’on ne se trouve pas en face d’un fanatique vulgaire, préoccupé surtout de rapines faciles, aidé de son frère, qui étudia durant trois ans, à Madrid, pour préparer son entrée à l’Ecole des Ingénieurs de Mines, il donne l’impression de s’efforcer de donner aux hordes rifaines une organisation inusité dans ces régions. Il tient à donner à ses adversaires l’impression qu’il est au courant des usages de la guerre entre pays civilisés : les prisonniers sont bien traités et ont toute la liberté pour donner des nouvelles à leurs familles ; lorsqu’il rend le cadavre du colonel Morales ; avant de faire déposer son cercueil sur la petite plage de Sidi Idris, il le fait envelopper d’un drapeau espagnol et ordonne de saluer la dépouille mortelle du malheureux chef de la police indigène par des salves et les marins de la canonnière espagnole le voient s’incliner dans un dernier salut à celui qui fut son ami avant de devenir son adversaire. C’est à Abd-el-Krim et grâce à l’escorte qu’il envoya à Mont Arruit, que le général Navarro doit d’être encore vivant.»

Un télégramme publié par le Temps de Paris du 22 août 1921, souligne que « les réfugiés espagnols continuent à franchir journellement la frontière par petits groupes. Beaucoup parmi eux sont blessés, et ceux qui ne peuvent pas être dirigés immédiatement sur Oran pour être rapatriés sont soignés dans les hôpitaux de Taourirt, de Guercif et d’Oujda. »

Un article publié le 17 août 1921 dans El Liberal, écrit sous le titre « le présent et l’avenir » :

« Nous sommes dans le Rif depuis le 24 juillet, dans une plus mauvaise situation que lorsque nous signâmes le traité de 1912. Nous avions comme gage de notre capacité de l’œuvre à accomplir, conjointement avec la France, tous ces territoires conquis durant les campagnes de 1909 et 1911, Guelaya, Kebdana,Bni Sicar. Aujourd’hui ces territoires nous sont complètement hostiles.

Les contingents espagnols qui se trouvaient à proximité de la Moulouya durent se réfugier à l’abri des postes français installés sur la rive droite. Et ces contingents nous ont été rendu, venant d’Oran, en un exode qui nous fait rougir. Les contingents de l’intérieur furent anéantis. Sur le cours moyen de la Moulouya et dans la région de Taza, une menace s’élève contre la tranquillité – relative si l’on veut- des Français. Pourrons nous, oui ou non faire honneur à nos engagements ? Aujourd’hui, notre idéal doit se limiter à doter Melilla d’un hinterland qui ne peut être que celui marqué sur les cartes par la ligne du Kert.»

Un communiqué de l’armée espagnol annonce qu’ « on se trouve dans notre zone comme dans la zone française, devant un soulèvement général des tribus. »

L’attaque d’Igherriben précéda la débâcle d’Anoual.

Voici ce qu’on peut lire, entre autres, sur un document affiché, par les soins des Rifains, au nom de l’assemblée musulmane du Rif, dans la mosquée de Tanger, le 21 juillet 1921 :

« Si vous pouviez voir vos frères sur les champs de bataille, les uns morts, les autres blessés, vous verseriez des larmes de sang, vous n’hésiteriez pas à venir à leur aide. Nous voyons les Espagnols s’aider les uns les autres et ce sont des infidèles et des gens injustes, et nous ne voyons personne nous venir en aide, nous qui avons la vraie foi. Ne faisons nous pas la guerre dans la voie de Dieu ? Notre conduite n’est – elle pas conforme aux préceptes de l’Islam ? Notre dignité et la vôtre ne sont – elles pas une seule dignité, comme notre honte et la vôtre une même honte ? Où sont vos Oulémas ? Ô Oulémas, n’êtes vous pas les héritiers des Prophètes ? A quoi pensez vous ? Y – t – il quelques doutes au sujet de Dieu ? Comment vous excuserez vous demain devant Dieu, si vous êtes de ceux qui par crainte, négligent la guerre dans la voie de Dieu …S’il vous est difficile de venir à notre aide, ô musulmans, adressez vous à l’émir des croyants, Notre Maître Youssef, pour qu’il nous fournisse les approvisionnements nécessaires à l’accomplissement de notre œuvre ; qu’il nous applique les lois qu’il voudra et par l’intermédiaire de quelle nation il voudra, sauf l’Espagne.. »

« A l’issue de la bataille de mont Arouit, raconte Abd el Krim, j’étais parvenu sous les murs de Melillia. La prudence s’imposait.

Avec la dernière énergie, je recommandais à mes troupes de ne point massacrer ni maltraiter les prisonniers. Mais je leur recommandais aussi énergiquement, de ne pas occuper Melilla, pour ne pas créer des complications internationales. De cela, je me repends amèrement. Ce fut ma grosse erreur. Oui, nous avons commis la plus lourde faute en n’occupant pas Melilla ! Nous pouvions le faire sans difficulté. J’ai manqué ce jour là de clairvoyance politique nécessaire. Et à plus ou moins longue échéance, tout ce qui a suivi, a été la conséquence de cette erreur.

Abdelkader Mana

Publicités